vendredi 9 février 2007

Elections, moment important du temps politique

Dans l’histoire de la gauche française, le Front populaire et ses grandes conquêtes sociales demeurent une référence plus de 70 ans après.

En cette période de campagne électorale, se replonger dans cette époque pour en tirer toutes les leçons est d’une grande utilité.

La victoire électorale du Front populaire se déroule dans un contexte marqué par la menace fasciste d’une part et une combativité ouvrière importante face à la crise économique d’autre part. Après le coup de force manqué des ligues d’extrême droite le 6 février 1934, les partis de gauche et les organisations syndicales décident de s’unir pour résister au danger fasciste. Le programme du Front populaire est avant tout un projet de défense des libertés républicaines et ne comporte pas de mesures sociales significatives. Cependant, la réunification de la CGT, la radicalisation de la SFIO sous la pression de son aile gauche alors conduite par Marceau Pivert et la dynamique crée par l’unité des organisations ouvrières permettent à la gauche de relever la tête.

C’est dans ce contexte que les candidats du Front populaire remportent les législatives du printemps 1936 et que Léon Blum devient le 1er socialiste chef du gouvernement en France le 4 juin.

Grâce à cette victoire politique obtenue contre la droite et les fascistes, la classe ouvrière comprend qu’une victoire sociale est à portée de main. « Tout est possible » écrit Pivert , les masses l’ont compris mieux que les appareils, notamment le PC qui freine le mouvement sur ordre de Staline. Les usines sont occupées, la grève se répand comme une traînée de poudre et le gouvernement Blum est sommé de prendre de mesures fortes et significatives.

Alors que cela n’était pas prévu dans le projet du Front Populaire , le gouvernement accorde les 40 heures, les 2 semaines congés payés et d’importantes hausses de salaires. Le rapport de force créé avec le patronat permettait-il d’aller plus loin ? Probablement mais la lutte des ouvriers, rendue possible par la victoire électorale de la gauche, avait payé ! Le gouvernement de gauche a été entraîné plus loin qu’il ne l’avait prévu au départ par la pression qu’ont exercé sur lui la grève et les occupations d’usines. 70 ans plus tard... belle leçon ! La défaite électorale de la droite est toujours le préalable à de possibles conquêtes sociales. La dynamique sociale engendrée par la victoire des forces de la gauche permet souvent d’aller plus loin que ne le prévoient les projets électoraux. En 2007 cela signifie concrètement : battre Le Pen, Sarkozy et Bayrou en votant dés le premier tour pour la candidate du PS : Ségolène Royal et s’organiser ensuite pour obtenir le retrait de toutes les contres réformes de la droite et gagner sur nos revendications : SMIC à 1500 euros net et tout de suite, un logement pour tous, contrôle public des licenciements, redistribution des richesses...

Posté par m_redman à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Elections, moment important du temps politique

Nouveau commentaire